Pas de label vin bio européen…

Biodordogne 4 juillet 2010 0
Pas de label vin bio européen…

Un vin qualifié de « biologique » est évidemment produit à partir de raisins issus de l’agriculture biologique. Cependant, la fabrication du vin ne réside pas uniquement dans la culture du raisin, mais bien dans l’ensemble d’un processus, avec notamment le stade de la vinification. La certification d’un vin bio est avant tout une garantie pour l’acheteur, qui lui assure que le produit qu’il va boire, a bien été conçu selon les critères définis au cahier des charges de l’agriculture biologique.

Mais que dire alors d’un label qui ne tient absolument pas compte des méthodes de vinification ?
Si on achète de la confiture biologique, on s’attend non seulement à ce que les fruits utilisés soient issus de l’agriculture biologique, mais également à ce que le sucre utilisé soit bio, à ce qu’il n’y ait pas de produits chimiques utilisés pour « enrichir » artificiellement le goût, la couleur… Pourquoi en serait-il autrement pour le vin ?

La certification se limite à la façon dont est produit le raisin, et non aux méthodes de vinification (ajouts possibles de levures, sucre ou de tout autre complément de type arôme, colorant artificiel…). Quelle garantie apporte un vin labellisé AB ?

En France, les viticulteurs bio sont les premiers à demander un cahier des charges plus contraignant, et certains préfèrent une absence de label officiel plutôt qu’une règlementation au rabais incompatible avec l’éthique du bio. Ces producteurs se sont engagés volontairement et depuis longtemps déjà, à appliquer un cahier des charge plus contraignant que l’on peut retrouver dans des chartes nationales privées (FNIVAB, Demeter ou Nature et Progrès). Celles-ci offrent une garantie claire au consommateur, celle d’une démarche Bio de la vigne au verre.

Revenons au label vin bio européen…
Face à ces nombreuses incohérences, l’Union européenne travaille depuis 2006, sur un projet visant à introduire des règles de vinification qui permettraient seules, d’avoir un vrai label vin bio européen. Si on est d’accord sur le principe qu’un vin bio doit être issu de raisins cultivés en agriculture biologique, sans utilisation d’engrais chimiques, herbicides ou pesticides, et sur le fait que rien d’artificiel ne puisse être ajouté pendant la vinification, il ne devrait pas y’avoir de problème pour trouver un consensus européen…

Pourtant, ce règlement qui devait entrer en vigueur le 1er juillet prochain, vient d’être retiré par la commission européenne, en raison de divergences entre industriels et vignerons indépendants notamment sur l’ajout d’intrants ou l’adoptions de pratiques non naturelles de vinification. Le différend entre les états membres portait essentiellement sur la réduction des doses de SO2, la flash pasteurisation ou l’osmose inversée.

Le projet initial, basé sur une étude indépendante (Orwine), proposait plusieurs modifications:

- une limite plus basse pour la teneur en sulfites que pour les vins traditionnels avec une maximale de 100 mg/l pour les vins rouges secs biologiques (-50 mg/l comparé aux vins « normaux ») et 150 mg/l pour les vins secs blancs et rosés (-50 mg/l). Pour les vins non-secs, la Commission proposait seulement une diminution de 30 mg/l comparé aux niveaux maximaux fixés par l’OCM vin.

- une liste plus réduite que pour les vins conventionnels des additifs autorisés et des aides au traitement autorisés

Affaire à suivre…


Vincent Datin, animateur Biodordogne

Laisser un commentaire »