Foie gras et éthique ?

17 mars 2009 2 Commentaires »
Foie gras et éthique ?

Un foie gras peut être issu d’un gavage avec des intrants issus de l’agriculture biologique (maïs biologique), la transformation du foie peut respecter un cahier des charges strict contrôlé par ECOCERT, mais le Foie Gras Bio n’existe pas à proprement parler. Le règlement pour les productions animales biologiques ne reconnait pas le gavage pour des raisons d’éthiques: irréversibilité du gavage. Laurent Grégoire, éleveur et producteur de foie gras du Périgord, nous donne son point de vue…

Je suis installé depuis prés de trois ans, dans un GAEC à St Antoine d’Auberoche. Avec mes associés, nous avons entamé notre conversion en mai 2003; nos cultures, notre élevage, nos conserves sont aujourd’hui 100% issus de l’agriculture biologique. Nous élevons, gavons, cuisinons oies et canards commercialisés en vente directe. Tous nos intrants proviennent de l’agriculture biologique (porcs, carottes, oignons, pruneaux, haricots, verjus, vin, lait, oeufs, etc) pour la cuisine, maïs pour le gavage, céréales pour l’élevage. Avec un réel souci d’approvisionnement local pour ce que nous ne pouvons pas produire, et ce malgré un surcoût important.

D’une façon générale, nous avons été bien accueillis par les différents producteurs bio périgourdins, tant sur le plan technique que sur le plan éthique. Mais ce sont principalement nos clients, qu’ils soient particuliers ou revendeurs, qui ont soutenu et accompagné notre démarche. A ce jour chez nous tout est bio, mais rien n’est estampillé bio, du simple fait que les instances nationales de l’AB ne reconnaissent pas le gavage, arguant du fait de l’irréversibilité du processus de gavage d’où l’impossibilité d’y faire référence. N’y a t’ il pas de chapon bio, de boeuf, de porc pour lesquels la réversibilité est hélas fort improbable ?

Alors pourquoi pas du foie gras bio ?
Prenons une oie ou un canard gavé,remis au pré: au bout de quelques jours, son foie reprend sa forme initiale. Les oiseaux migrateurs se gavent naturellement, ils stockent les aliments sous forme de graisses et les restituent sous forme d’énergie. Cette opération se fait chaque année pour la migration. Les Egyptiens de l’Egypte antique ne s’y étaient pas trompés: ce sont les “inventeurs du foie gras”. A propos de du respect et du confort de l’animal, des études scientifiques précises ont été faites sur ce sujet comme la réversibilité: bien conduit, le gavage ne peut en aucune façon être assimilé à une torture. Nous souhaitons voir piloter tous ensemble une charte de qualité de gavage ( pas de cage individuelles, pas d’animaux hors sol, etc) et d’élevage (pas d’animaux trop jeunes, animaux soignés au grain et à l’herbe) indispensable au respect de l’homme, de l’animal, de l’environnement.

Osons “le foie gras issu de l’agriculture biologique”, et c’est tout une économie locale qui sera relancée, confortée, moralisée et tout un environnement protégé. Faute de prendre en compte cette production avec courage et responsabilité, la porte se refermera sur l’élevage et le gavage intensif, claquemurant ainsi la majeure partie des producteurs et à fortiori des consommateurs qui n’ont pas besoin de cela en plus.

Alors même qu’une grande partie des producteurs fermiers est très sensible à la démarche AB. Laisser au bord de la route une part importante de l’économie périgourdine ne doit en aucun cas être une erreur de plus. D’ailleurs, en avons nous les moyens ?

Rappelons nous ce vieil adage “la meilleure façon de prendre des coups de pieds au c…, c’est de faire comme l’autruche: mettre la tête dans le sable”. Nous comptons donc sur vous et Agrobio Périgord pour soutenir cette démarche étant bien entendu qu’elle se doit d’être plurielle. Foin de chapelle, soyons donc acteurs, réalisateurs, et solidaires pour mettre en place cette démarche


Vincent, animateur Biodordogne – Source : bulletin “Agrobio Périgord Info” Janvier – Février 2007

Articles similaires

2 commentaires

  1. constance le gonidec 19 décembre 2011 à 19 h 05 min - Reply

    Bio ou pas ( et dieu sait si je suis une grande consommatrice de bio dans mes achats et en produisant des légumes bio dans notre jardin potager), à partir du moment où il y a une grande souffrance animale, l’appelation bio ne peut être appliquée. L’ éthique du vrai bien être animal fait parti du label. Que certains, sous pretexte qu’ils gavent leurs oies au maïs bio osent revendiquer le label sur leur foie gras, est inadmissible. Je vous pose la question: si je vous torturais avec une arme biologique, aurais-je des circonstances atténuantes?!!!!
    Alors, arrêtez l’hypocrisie et le mensonge! assumez le fait que vos oies gavées souffrent tour autant que les autres!

  2. Biodordogne 19 décembre 2011 à 20 h 35 min - Reply

    Bonjour Constance,
    J’ai publié cet article de Laurent Grégoire parce qu’il mérite réflexion. Le gavage est un processus alimentaire interdit dans l’agriculture biologique puisqu’il est reconnu d’un point de vue éthique contraire au bien être animal.

    D’un autre coté, des produits importés, produits à l’aide d’une main d’oeuvre illégale et exploitée, peuvent revendiquer un label bio sur la simple base du respect d’un cahier des charges techniques sans aucune forme d’éthique.

    D’autres commentaires (disparus en raison d’un piratage du blog, mes excuses à LPO et L214) étaient proches du vôtre et parfois plus virulents. J’invite cependant chacun à respecter l’être humain autant que le bien-être animal… dans vos argumentations futures.

    Cordialement
    Vincent Datin

Réagir à cet article ...